NANOFILTRATION ET OSMOSE INVERSE

Accueil » NANOFILTRATION ET OSMOSE INVERSE

NANOFILTRATION ET OSMOSE INVERSE

Dans le traitement de l’eau potable, on utilise surtout l’osmose pour la filtration de matières dissoutes dans l’eau comme le sel, les nitrates et certaines matières organiques. Les membranes de l’osmose sont semi-perméables, c’est-à-dire qu’elles séparent deux solutions  dont les concentrations en matières dissoutes sont différentes ; le transfert de solvant se fait alors de la solution la moins concentrée vers la solution la plus concentrée.

On qualifie les membranes de l’osmose par le poids moléculaire de la particule qu’elle peut filtrer. Malgré le fait que l’osmose inverse peut filtrer des microorganismes de petit poids moléculaire, celle-ci n’est pas reconnue comme étant une barrière absolue contre ceux-ci. Ceci est dû au fait que sa membrane n’a pas de pores et peut contenir de légères imperfection. Alors certains micro-organismes pourraient outrepasser cette membrane lors d’une désinfection.

Contrairement à l’osmose inverse, les membranes de l’ultrafiltration sont poreuses. On qualifie les membranes de l’ultrafiltration par la grosseur de ses pores. Cette technique retient les particules incluant les bactéries et coliformes de plus 0,02  µm et nécessite une pression de travail de 10 à 25 bars.

Scroll to Top